QUESTIONS FRÉQUENTES

Pour faciliter la consultation, les questions ont été regroupées sous les thèmes suivants :

Une personne qui n’a pas la citoyenneté canadienne peut-elle bénéficier des services d’un CAVAC ?

Oui. Toute personne qui a été victime d’un crime commis au Québec peut bénéficier des services d’un CAVAC.

Une personne se blesse en perpétrant un crime. A-t-elle le droit de bénéficier des services d’un CAVAC ?

Non. Les CAVAC s’adressent aux personnes victimes d’un acte criminel, à leurs proches et aux témoins.

J’ai été victime d’un acte criminel dans mon enfance. Puis-je recevoir de l’aide d’un CAVAC ?

Oui. La personne victime peut s’adresser à un CAVAC en tout temps, même si le crime a été commis il y a plusieurs années.

Mon fils a été victime d’un acte criminel. Puis-je obtenir des services d’un CAVAC ?

Les proches d’une personne victime, les personnes dont elle a la charge ainsi que les témoins d’un crime peuvent bénéficier de l’aide d’un CAVAC.