In

Oui. Tant et aussi longtemps que se poursuivent les procédures judiciaires, et même par la suite. la personne victime peut recevoir l’aide d’un CAVAC.