In

Non. La personne victime d’une introduction par effraction doit s’adresser à sa compagnie d’assurances personnelles. Toutefois, un CAVAC peut l’informer des autres recours possibles.